nature en ville /5

Publié le par Caco

undefined
pour voir ce que je vois, il faut cliquer !

... et fin !
(pour l'instant en tous cas ;) )

A gauche,
une pierre étrangement usinée par l'homme puis laissée à l'abandon dans une mare.

La végétation y a élu domicile, créant un jardin minuscule depuis ses niches.

A droite,
un mur de pierres créé de toutes pièces, de même que le point d'eau qui s'étend à son pied.
Les mousses qui s'y logent déclinent une infinités de tons verts lorsque vient le crépuscule.

~

S'il prend à quelqu'un l'idée de rebondir sur le thème, je serais ravie de voir vos regards sur ces petits trésors qui se marient d'une façon étonnante avec leur environnement...

Publié dans les yeux ouverts

Commenter cet article

unejuliette0 01/02/2008 22:47

J'aime beaucoup cette série que tu as fait là, les lumière et les textures me plaisent énomément.J'ai toujours plaisir à voir un brin d'herbe au milieu du béton, donc je rebondirais peut-être ...un de ces jours...

Caco 02/02/2008 11:50

Chouette !(et merci...)

Muriel 29/01/2008 20:39

J'aime beaucoup la lumière. Ca bouge partout ! Elles sont habitées tes grosses pierres (non, je n'ai rien bu !)

Caco 30/01/2008 21:43

Oui, ça bouge, ça grouille même ! :)Nous avons beaucoup de chance avec la lumière, ici. Les soirées en particulier sont impressionnantes... enfin, quand il y a du soleil ;)

Lise 28/01/2008 23:00

Tes assemblages m'intriguent et me transportent au pays des elfes et deslutins, où chaque chose prend un sens à part. Le songe d'une nuit d'été, tiens, pourquoi pas ...Je suis ravie que tu nous livres quelques mots sur ce que tu vois, ce n'en est que meilleur à savourer.Amicales bises en ces temps incertains.

Caco 29/01/2008 19:58

Merci des bises, de tes mots, de ton amitié...

Mema 28/01/2008 18:22

tu me tentes...

Caco 28/01/2008 21:07

Tant mieux ;)

bergere 28/01/2008 00:20

j'aimerais bien, mais je peux point... pas maintenant, pas le temps car je cours apres le temps...

Caco 28/01/2008 21:06

Bon courage pour la course contre la montre... un jour, peut-être ? Bises :)