l'eau qui dort

Publié le par Caco

Ce blog est quelque peu déserté par sa tenancière depuis octobre. Une crise socio-professionnelle occupe en effet tout le temps, ou plutôt toutes les ressources. La culture se meurt par chez moi. Les associations sont consciencieusement détruites, pierre à pierre ou au cocktail molotov selon les cas. Cette fois-ci la foudre est tombée juste à côté, chez les collègues qui avaient encore les moyens, encore des missions, encore un public, encore du personnel. Et qui y ont mis tout leur coeur et toutes leurs compétences (et croyez-moi, elles forcent le respect).
Hop là, tout le monde au Pôle Emploi.
Au passage ça a bien senti le roussi chez mes employeurs aussi. Mais ils s'en tirent moins mal, qu'ils croient. Et pour combien de temps ? La question est tabou, on se contente de racler les miettes sur la nappe. On accepte de faire plus avec moins de moyens... sans demander l'avis des salariés bien sûr. On passe sur le coeur de nos engagements humains pour se raccrocher à l'illusion d'un contre-pouvoir, à la vitrine d'un collectif, à nos lambeaux de nostalgie.
Personne ne voit que si on nous a laissés passer la barrière des barbelés, c'est pour mieux nous laisser nous précipiter vers la falaise.
J'aurais préféré un CA digne et intransigeant.
J'aurais préféré qu'on navigue tous dans le même sens.
J'aurais préféré pouvoir dire ce que j'ai à dire sans avoir à les trahir au préalable.
J'aurais préféré aller avec mes collègues au Pôle Emploi. Et convoquer la presse, tracter et manifester. Porter haut les couleurs de la culture et de l'éducation populaire.
Et d'ailleurs, c'est peut-être bien ce que je vais faire...

Publié dans les yeux ouverts

Commenter cet article

n-talo 28/11/2009 08:05


bon courage ... " l'administration rampe à terre, la démocratie vit encore dans les asso alors il suffit de les détruire" me disait-on l'autre jour


Caco 11/01/2010 10:16


Cécile : Ah ouais ! Mamzelle va t'adorer !!

Mema : Bien reçu... merci :)

N-talo : Dans certaines assos, la démocratie vit toujours. Dans celle où je suis en poste, tout le monde en bave et en fait baver les employés pour essayer de croire qu'on peut encore
remplir nos missions. C'est le déni d'évidence, la fin des contradictions (et de mon engagement).
Rah, je m'énerve toute seule ;)
Mais sur le principe, oui, j'entends ça... sauf que dans ma ville le travail de casse est déjà entamé, et "comme il faut" :(


Mema 24/11/2009 07:26


je t'embrasse...


Cécile 22/11/2009 13:04


Si tu veux, je couds les banderolles !!