du noir

Publié le par Carole

Mais c'est de la couleur, le noir ! C'est une couleur, une couleur très violente ! Je ne parviens pas à comprendre cette distinction absurde entre, d'une part, le noir, et de l'autre, la couleur. D'ailleurs il n'y a pas de refus des autres couleurs, rien de négatif dans ce choix du noir, mais un amour et sans modération... Le noir pour moi c'est une couleur intense, plus intense que le jaune, et qui suscite des réactions, des contrastes violents...

(...) certains tableaux dont les couleurs cachées par le noir et découvertes par raclage prennent une lumière, un éclat qui est celui, non d'une lumière reçue et réfléchie par la toile, mais qui a l'air d'émaner de la toile elle-même.

(...)

Le goût que j'ai eu enfant pour les arbres dépouillés était-il dû à mon amour de la couleur noire ? ou bien l'inverse : ai-je commencé à aimer cette couleur à cause des arbres d'hiver sans feuilles ? et de l'action que le noir des troncs et des branches avait sur le fond de ciel ou de neige qu'il illuminait par contraste ? ou bien par amour de la matière de l'écorce mouillée ? Je ne le saurai jamais.

Pierre SOULAGES

in Soulages, Bernard CEYSSON, éd. Flammarion, 1979

~

La lecture de cet entretien (dans le livre précité, l'auteur B. CEYSSON retranscrit notamment un entretien avec le peintre P. SOULAGES, dont les citations ci-dessus sont extraites) me rappelle l'importance fondamentale du point de vue. En matière de création artistique, mais pas uniquement... bien sûr.

Peut-être que je verrai autrement ma vie en noir, le cas échéant.

Merci Pierre Soulages...

~

Pour en savoir plus :

en images : le site officiel

un article passionnant

un autre extrait de l'entretien Ceysson-Soulages

Publié dans lectures

Commenter cet article