fin d'année

Publié le par Caco

Le moment de se quitter... Cette année je ne l'ai pas vu arriver. Pourtant il précède de peu l'espoir du repos mérité... C'est peut-être que je n'ai pas envie de décroiser mes mains autour de certains doigts. Peut-être que je ne veux rester dans les couleurs de cette année-là qui aura tant vu grandir ma petite fille. Peut-être que j'ai un peu peur, aussi, des bousculades de la classe d'après, après le cocon du premier cycle qu'elle dépasse sans un regard en arrière, traînant sa mère qui se serait bien attardé, elle, juste un moment, une minute, s'il te plaît... Pouvoir entendre encore les bâillements de chatons des plus jeunes après la sieste, pouvoir m'asseoir un moment al canton quand on arrive un peu en avance et décrypter devant un parterre d'yeux écarquillés un livre en lenga nòstra... L'imaginer encore, à l'heure des repas séparés, entourée de livres et de gros coussins dans la pièce à part qui sert de cantine aux plus petits, loin du fracas des couverts et des hèlements du réfectoire où se groupent les autres enfants, juchés sur des chaises de grands, sur ces mêmes tables où l'on prend des notes lors des réunions de parents... Laissez-moi ce pincement au coeur qui ne durera pas devant ce mot tout neuf à déballer, juste avant le mot "section", celui qui peu à peu collera à celle que je verrai toujours comme "ma petite" et à qui va entrer dans une classe dite "de grande...", nantie de bureaux et d'un grand tableau, juste à côté des copains et copines, pas tout à fait les mêmes, pas tout à fait différents, et qui apprendront à lire et à compter dans deux langues. Garder un peu en bouche le goût de rose passée de la nostalgie, avant de laisser la vie pétiller de nouveau sous la langue et nous entraîner dans sa vie joyeuse de bientôt "grande".

260609.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vero81 20/07/2009 23:38

Je suis encore bien hésitante en occitan et c'est pas faile de se lancer à le parler et l'écrire; l'Histoire nous a mis tellement de freins psychologiques à l'utiliser...mais cette année j'ai suivi la formation escapolaïre (debutant) au greta d'albi (formation financée par le conseil general), ça a été du régal tant l'apprentissage que le partage avec les autres stagiaires passionnés.Si ça t'interesse, n'hésite pas, c'est super d'avoir une langue, presque secrète (malheureusement), partagée avec ses enfants!

vero81 04/07/2009 21:34

Ièu tanben, vesi mon pichonet tampar la porta de l'escola mairala, sin agachar en darrièr, fièr e impatient d'aprener a legir...Mon fils es tanben en escola bilenga occitana as Albi e me regali de parlar occitan amb el... L'an que ven su frairot començara "l'oskitan"!Creisson lèu-lèu : Deman entraron al collegi !Bon estiu!Veronica

Caco 19/07/2009 10:01


Comme ça fait du bien de lire un commentaire en occitan !
Ah la la, si je savais, moi aussi... Ce blog serait bilingue ! :)

Merci de votre partage.


Nadael 03/07/2009 14:50

Pas toujours aisé de voir grandir nos petits... peur qu'ils nous échappent, peur des autres (des plus grands ),...Faire en sorte qu'ils s'épanouissent avec bonheur et qu'ils gardent leurs yeux plein d'étoiles et de curiosité... ce n'est pas facile mais ça vaut tellement le coup.

Lise 03/07/2009 06:45

Mon petit chat change de monde, et le grand aussi l'an prochain. Nouvelles aventures, nouveaux territoires en perspective...Et d'ici là, l'été, pour faire le plein de sensations et de calme. De rencontres aussi ( j'espère !)Je t'embrasseLise