trouvailles

Publié le par Caco

(Dans le désordre... c'est qu'il en est passé, du temps...)

*


Ce n'est rien de nouveau, et pourtant ça m'aurait filé au-dessus des oreilles sans une chanson récemment entendu sur les petites ondes. Un album audio à accompagner si l'on veut d'un livre illustré. Une histoire de soldat rose nostalgique, de petit garçon rêveur, d'adultes qui ont gardé - ou pas - un regard d'enfant. Petit regret à  ce sujet pour ma part, ceci me paraissant une question d'adultes absolument sans écho chez les enfants. Il y aurait d'ailleurs beaucoup à dire sur le regard et sur les rêves du gardien de nuit qui s'arme jusque dans sa baignoire, de peur de voir la nuit filer.
Si certains détails de l'histoire me semblent donc discutables, le CD nous offre de purs moments de joie partagée, et de discussions aussi. La poésie du personnage du gardien de nuit sus-cité, et l'illustration par le texte, ici du désordre :


Et vous pouvez me croire, c'est encore plus agréable en terrasse, sous un parasol, une menthe à l'eau sous une main et un livre dans l'autre, près d'une Mamzelle qui barbote dans une petite piscine.

*

Maman !!! Y'a une étoile d'araignée !!!

*

Ecrire moins pour lire plus. Une sève qui remonte de très, très loin : la matière des pavés de 400 pages, la densité des lignes qui disent de toutes leurs langues la réalité qu'elles décrivent. La déshérence du signifiant et en même temps exactement, l'âcre musique du son. Le mot pris au piège et dont s'évade le parlé... Je nourris mes soirs de L'espoir fou de Malraux. Et je pioche du Barthes en dilettante, ce qui est bien pire. Je ferme assez vite le livre en me disant que c'est très chiant, et je le rouvre des jours ou des semaines plus tard, un sourcil en l'air "mais qu'est-ce qu'il va encore me donner à lire aujourd'hui". Et tout cela fait son chemin, et il n'y a, en ce moment, rien de plus important.

*

"L'homme est un prédateur."
C'est moi l'auteur illustre de cet enfoncement de porte ouverte, n'empêche que c'est lui qui a commencé. Il m'expliquait que plus il regarde Barbapapa, plus il grince aux encoignures. Pour diverses raisons, dont le dénigrement systématique des prédateurs dans l'exercice même de leur fonction.
Et bien, l'homme est un prédateur, et pas des moindres, même : quand j'aurai accepté ça, peut-être que je vivrai mieux. Peut-être même que j'arriverai à ouvrir le journal au moins une fois dans la semaine.

*

Le travail s'affole, se délie et bourgeonne. Je suis seule pour quelques mois, là où nous étions presque deux - c'est-à-dire deux à temps partiel. Et pourtant, tout semble plus simple... plus fatigant, mais plus simple...

*

A force de m'en vouloir de n'être pas partout à la fois, j'ai fini par accepter d'être pleinement où je suis, le temps que j'y suis. Pardon de délaisser ici le dialogue, les empreintes, les images... Je me passionne pour ce que j'entreprends,  pour ce que j'apprends. Et pour ces deux qui m'entourent et que je m'entraîne à choyer, parce qu'il n'y a rien qui sache mieux me coller le sourire au visage, à chaque journée que nous livre ce monde de fous.

Publié dans les petites histoires

Commenter cet article

PMB 14/06/2009 17:55

"l'homme est un prédateur"Et sans doute le seul qui peut tuer par plaisir.Et sans doute le seul qui ne se borne npas à prélever mais qui extermine. Depuis plusieurs siècles déjà, il disparaît plus d'espèces vivantes qu'il n'en apparaît, et c'est un mouvement qu s'accélère.Belle supériorité, beau progrès, hein ?

cecile 03/06/2009 22:07

Du moment que tu souris...

Mema 03/06/2009 10:25

parce que c'est la vie, on te pardonne de n'être plus là... 1000 bises

Lise 03/06/2009 06:59

la sagesse d'être pleinement là où tu es le vaut bien ;-)Des news pour un passage cet été ?Et plein de bises amicales