mille dollars et un point de suture

Publié le par Caco

Et voilà.
C'est ce qui se passera aussi pour nous quand les gouvernements successifs de notre pays auront fini d'étouffer notre système de Sécurité Sociale. Et ça fait longtemps que le train est sur les rails. Derrière chaque exonération de charges sociales se cache un acquis social en déroute. Si je prends mon exemple, j'en suis à presque 2 ans de CAE : l'Etat rembourse à l'asso qui m'emploie, une bonne partie des charges sociales qui pèsent sur mon poste. Ces "charges" qui n'y "pèsent" donc plus me priveront d'une bonne partie de mes indemnités de chômage si mon employeur ne parvient pas à transformer l'essai et à pérenniser mon poste. Au lieu donc de toucher environ 80% de mes 600 euros mensuels actuels, j'en toucherai tout juste 300.
Personne ne m'a jamais prévenue des risques de ces exonérations. J'aurais donc pu rester dans l'ignorance la plus complète, souscrire un petit prêt pour je-ne-sais-quoi, ne pas prendre ce risque en compte dans le calcul de mon budget, donc dans le choix de mon logement, etc. Et me retrouver (et ma famille avec) fort dépourvue quand la bise serait venue !
Dans le milieu associatif, les emplois aidés viennent suppléer au délitement des subventions publiques. Ce sont donc tous nos acquis sociaux qui font les frais de ce que le système de répartition ne veut plus redistribuer. C'est-à-dire qu'on tape l'argent de ceux qui en ont le plus besoin. Et le pire, si on veut entreprendre, associativement ou pas, c'est qu'on ne peut pas passer à côté de cette aberration.
C'est ainsi que tous les jours ou presque, je recueille des témoignages de personnes accidentées de la vie qui ne pensent pas valoir plus qu'un pauvre contrat aidé temporaire à temps partiel et au SMIC horaire, ou d'étudiants qui pour financer leurs études s'inscrivent d'abord à une foule de petites formations qui leur permettront l'espoir de s'offrir le loyer d'une chambre de bonne en donnant des cours de gym le soir, en conduisant des ambulances la nuit et en travaillant dans des centres de loisirs pendant les vacances, ou de personnes âgées et gravement malades qui ne peuvent plus se payer une nuit d'hôpital...
Mais ça pourrait être pire, pas vrai ! D'ailleurs aux Etats-Unis...
Merci Bergere de nous avoir conté ta mésaventure. J'espère que ton doigt est bien guéri !

Publié dans fallait pas l'énerver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angèle 13/03/2009 18:33

Moi qui sort pile poil d'une diatribe bien énervée sur la mort annoncée de notre système de soins (suis infirmière psy dasn el public), de te lire ne m'a point calmée, tu imagines !Bon sang, c'est pourtant l'évidence même que les US sont l'exemple ....à ne suivre à aucun prix, mais non !ça me désole !!!

Caco 20/03/2009 22:58


Laurette : Coucou ! Comme ça fait plaisir de te lire :) Oui je crois me souvenir aussi que tu m'en avais parlé... C'est une info que j'aurais bien aimé avoir, je ne sais pas, de la bouche d'un
"conseiller" ANPE ou ASSEDIC ! :/
J'espère que tu vas bien. Je pense souvent à toi, te lire me manque ! Bisous :)

Bergère : Je partage tes interrogations :/ Merci en tous cas pour ce partage d'expérience !!

Angèle : Rah, je crois que la plupart d'entre nous ne se rendent pas compte. Ou alors je ne sais pas. On a peut-être un problème généralisé de dégénérescence des connexions synaptiques ? Et on
devient bête à voter du Sarko en se disant que c'est bien fait pour cet(te) empaffé de voisin/secrétaire/beauf, même si on sait au fond qu'on aura très mal à notre sécu, pour pas dire autre chose
?? Menfin...


bergere 12/03/2009 16:19

Moi lorsque je vois comment marche ce pays (US), cela me donne des sueurs froides quand à imaginer comment la France (et l'europe en général) aspire à devenir... Je suis du bon coté de la rivière, j'ai la chance d'avoir un emploi qui paye bien (mais encore et toujours CDD) qui me permette de mettre de coté... On jongle entre tous les systèmes que nous avons déja visités, on essaye de ne pas trop y penser à notre retraite, à notre possible futur chomage, aux études de nos enfants... On accumule, on accumule, mais on accumulera jamais assez pour mettre les enfantsà l'université, pour notre retraite etc... Alors lorsque j'essaye de m'imaginer les gens d'ici qui essayent de maintenir difficilement la tête hors de l'eau cela me choc, cela me blesse, cela m'attriste, cela me met en colère de voir qu'il y a toujours des laissés pour compte, des êtres humains qui sont encore et toujours privés de la part du gateau... Le partage put@ing c'est pas si difficile... Tous les parents apprenent le partage à leurs gosses... Alors c'est à partir de quand que l'être humain devient une egoiste de première?

laurette 12/03/2009 13:00

le mot charges s'est substitué à "cotisations sociales"les charges pèsent, mais nos cotisations sociales nous ouvrent des droits...tout est question de point de vue... (et le mot charge est généralisé, il ut un temps où on employait cotisation...)breffPS j'ai moi même été autrefois en emploi "aidé", il me semble qu' à l'époque de ton embauche (oh!! déjà 2 ans que je te lis??!!) je t'avais touché un mot des risques liés à l'exonération des cotisations.dans mon cas, ayant trouvé "ma voix" mais emploi dans cette assoc non pérénisé, je n'ai pas pu entrer en formation car mon employeur n'avait pas cotisé... et on apelle ça "contrat social"...Bises