il était une maman...

Publié le par Caco

Il était une maman qui tenait sa petite fille par la main, longeant la rivière et les buissons plein d'épines et de fleurs. La petite fille s'arrêtait souvent pour inventer un nouveau bouquet. Il serait pour Maman, ou pour Papa, mais peut-être qu'on le mettrait dans un joli verre sur la table de sa chambre, quand même.
Il était une maman qui laissait ses pensées errer, sur les chemins. Sa tête remplie d'histoires jamais commencées et qu'elle écrira peut-être, un jour.
Il était une maman qui un jour aperçut une fleur fragile sur le point d'éclore. Comme elle en devinait l'histoire, elle commença à la délier du bout de la plume, d'abord en son for intérieur, et puis sur une page gris-bleu. Les mots posés devaient l'aider à regarder ailleurs. Détacher son regard de la texture délicate de ses corolles, détourner son attention de ce parfum subtil, oublier la douce vibration du vent sur sa tige. Elle essaya, vraiment. Croyant que les circonstances l'aideraient, puisqu'il y avait soudain fort à faire.
Et pourtant.
Il était une maman jardinière qui se surprenait à soigner ses plants. Lorsque enfin ses yeux consentirent à s'ouvrir, elle le vit, lui. Ses regards aigus, ses cheveux bouclés, ses gestes enveloppants. D'un coup le vent en elle s'est levé. Et elle se surprit à le voir menacer de tout emporter, presque sans ciller.
La tempête s'est rapidement déchaînée. Les boucliers se sont levés, un homme s'est armé. Il a tiré.
Il était une maman en guerre, titubant sur un tapis de cendres brûlantes. Il était une maman en ruines, loin de la douce main de sa petite fille, perdue dans une chambre trop froide aux draps trop blancs.
Et pourtant.
Elle n'était plus seule. Elle était restée fidèle à elle-même. Elle demeurait droite et fière.
Il était une maman heureuse au milieu de la tourmente. Et sur cet élan prodigieux, elle prit la main tendue de son amoureux, et se mit en quête d'un toit pour les accueillir tous les trois, ou tous les deux, ça dépendrait des fois.
Et ils trouvèrent, et ils s'installèrent. Sans heurts, ou presque.
Avec le temps des rentrées, ils virent leur objectif atteint. Accueillir en grande pompe une petite fée des toits, pouvoir s'acquitter des mille travaux à accomplir, avoir un espace où se ressourcer.
Où il était une maman, où il était un homme amoureux d'une maman, où il était une petite fille.
Tous trois un peu essoufflés de la traversée de l'été. Parfois pris de vertige devant le paysage qui s'offrait à leurs yeux. De temps en temps pris entre deux feux. Et avec ce bonheur insensé qui leur courait après, et qui n'en finissait pas de les rattraper...


(Merci de vos commentaires, de vos visites, de vos e-mails... J'en suis surprise et touchée. Merci...)

Publié dans les mille et une...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

biche 18/11/2008 16:19

des bisous en passant, douce Caco...à bientôt que tu nous reviennes... tu manques ici...!!

Théobald 08/11/2008 00:35

Merci Cécile !

Cécile 07/11/2008 22:31

Cette fois avec une couleur lisible !! (pfff!)Merci pour vos messages qui lui vont droit au coeur et aux quels elle aimerait pouvoir répondre... Elle le fera dès qu'elle aura une connexion digne de son nom ! Elle a déjà un très grand bureau et un bel ordinateur ! Il manque juste l'opérateur digne de confiance !Elle va bien, n'oublie personne et se languit de pouvoir lire tous les posts en retard !A bientôt !! (ça, c'est elle qui le dit !)

Cécile 07/11/2008 22:29

Dela part de Caco :Merci pour vos messages qui lui vont droit au coeur et aux quels elle aimerait pouvoir répondre... Elle le fera dès qu'elle aura une connexion digne de son nom ! Elle a déjà un très grand bureau et un bel ordinateur ! Il manque juste l'opérateur digne de confiance !Elle va bien, n'oublie personne et se languit de pouvoir lire tous les posts en retard !A bientôt !! (ça, c'est elle qui le dit !)

Théobald 05/11/2008 23:26

Ce n'est pas qu'on s'inquiète, m'enfin un peu, juste parce que nous aimons vous lire ...