moi-m'aime

Publié le par Caco

Je l'ai décidé un soir, en visitant le fond de mes reproches : la personne à qui il incombe de prendre soin de moi n'est autre que moi-même. Au stress des cris, au manque de compréhension qui déçoit, j'opposerai une petite escapade, tout bientôt. Les jours ont continué de défiler et je doutais de réussir à le faire. Je ne suis pas malheureuse avec eux, même s'il me manque les promenades solitaires, les temps de recherche et de documentation tous azimuts, les musées et les expos... Mais ne pas être malheureuse, est-ce vraiment un cadeau enviable pour mes compagnons du quotidien ? Pour moi-même ? La peur accompagnait toutefois mon attente, faisant germer le ressentiment et les petites phrases assassines. Pardon Mamzelle. Ta mère n'est qu'humaine.
Les jours d'absence prévus au nombre de 4-5 devinrent 2-3 pour cause officielle de travail urgent à continuer, puis finirent 2, par un obscur acte manquer qui me fit embarquer un seul lot de vêtements de rechange.
J'ignorais comment occuper ces journées. Tout au plus disposais-je de quelques pistes de rencontres souhaitées. Et l'envie de semer mes pas dans cette ville, laissant le hasard et le temps me guider. Au risque de m'ennuyer, me disais-je. Mais Toulouse avait d'autres projets pour moi. Après la friperie où j'ai déniché d'adorables tennis pour Mamzelle et le passage au CROUS pour ma quête éternelle de formation, elle a guidé mes pas chez le papetier magicien de la rue des Lois. D'un coup plus rien ne comptait plus que Le carnet qu'il me fallait absolument posséder. Je connaissais ses dimensions, son lignage et le grain de ses pages, comme si j'avais de longtemps envisagé sa présence au fond de mon sac. Or il n'en est rien... Il est finalement tombé dans mes mains et j'ai passé une bonne partie de l'après-midi à laisser ses lignes guider ma plume, au fond d'une librairie-café. Et puis vite vite, le musée, avant qu'il ne ferme.
Le lendemain a prolongé cet élan. Après un intermède avec ma petite soeur place Saint-Sernin, il y eut une recherche de manuel dans les librairies, des découvertes surprenantes en forme de livres de vulgarisation scientifique, un petit tour en touriste du côté des boulevards (les photos viendront), et une longue pause dans un superbe bâtiment de bois et de verre qui abrite un escalier de métal cylindrique magistral - la Médiathèque.
Le temps de me perdre dans le quartier derrière la gare, il était temps de rejoindre mon train. Heureuse après tous les peut-être de ces deux jours, de retrouver mes douces évidences. Je me souvenais de ses larmes sur le quai, la veille au matin. Entre deux sanglots, la voix assurée, elle me poussait de sa petite main : Maman, monte dans le train !!! de peur que je ne le manque. Ce soir elle m'attendrait en riant contre son père, et nous nous laisserions tenter par une promenade crépusculaire pendant qu'elle danserait de joie. Depuis le début de la semaine elle me répète qu'elle m'aime et que je suis tellement belle. Peut-être qu'elle m'aime égoïste, solitaire, pensive, peut-être qu'elle m'aime quand je prends le temps de lire et d'écrire. Peut-être qu'elle m'aime moi-même...


Publié dans les yeux ouverts

Commenter cet article

Isabelle ! 23/05/2008 03:12

Et voilà… bonne écoute   :-)As you want !Et juste si c'est ok pour toi   ;-)

Isabelle ! 22/05/2008 02:21

Tant que j'y suis, veux-tu aussi écouter la chanson de MANSET ?C'est-à-dire ?

Caco 22/05/2008 23:13


Oui je veux bien !
Arf, je ne sais pas si je saurai être claire. Je vais essayer plus tard, peut-être ailleurs ;)


Isabelle ! 20/05/2008 23:52

Ma proposition vient justement du fait que je ne l'avais pas trouvée sur Deezer   ;-)En ce moment, je revisite l'intégrale de MANSET — en alternance avec celle de Van MORRISON — et il s'y trouve justement une chanson qui a résonné à mes oreilles en écho à celle de CARADEC : "Matrice" (extraite de l'album éponyme).Laisse tomber Deezer pour l'écouter (zéro chanson de cet immense bonhomme, j'y crois pas !).Quant au texte, en voici une transcription (faite hélas par quelqu'un qui est de toute évidence encore plus malentendant que moi   :-p   ).Manque l'essentiel, bien sûr, à savoir la puissance de l'interprétation.Sur quelle "question" es-tu partagée ?

Caco 21/05/2008 09:36


Ah d'accord ! Alors je l'accepte, ta proposition ;)

Je suis partagée sur la responsabilité de la vie qu'on donne...


Isabelle ! 20/05/2008 03:23

Ça m'évoque une chanson sur laquelle s'est déclinée ma rage adolescente.[Si tu souhaites l'écouter in extenso, je fais le nécessaire…]Et aussi l'échange précieux au gré duquel j'avance cahin-caha depuis janvier.Ce (tout premier) jour de cendres, elle m'avait dit que j'avais le droit de vivre.Elle me l'avait même répété autant de fois que j'ai dénié (avec ou sans mots).Elle m'avait confié aussi ce qu'elle m'a redit il y a quelques jours : cette violence qu'il y a à prétendre — ce fut l'un des grands leitmotivs de Françoise DOLTO — qu'un enfant choisit de vivre dès lors qu'il a été conçu.Quelle responsabilité c'est en effet faire peser sur ses épaules !Peut-être n'est-il pas là sans raison — et ce, quelle que soit la trajectoire que son existence tracera — mais c'est une tout autre chose, ça.Ouvrant entre autres pour lui la perspective de choisir la Vie reçue… et d'en disposer.

Caco 20/05/2008 13:51


Je ne la connais pas ! mais elle est peut-être sur deezer (j'irai voir ce soir, pour une fois que je n'ai pas de réunion ;) ).

Je suis partagée sur la question suivante... et mes idées ne sont pas encore très claires là-dessus... Je te remercie de ce partage. Encore une réflexion à mûrir ! :)


Isabelle ! 19/05/2008 09:23

Tout ce livre "décoiffe" — et même "recoiffe" ! — pas mal, je trouve…"à projeter mon histoire personnelle, je me dis que c'est de ma "faute" si elle est là..." : "elle", c'est Mamzelle ? Et comment il fonctionne ce postulat ? 

Caco 19/05/2008 21:55


Oui, "elle" c'est Mamzelle...
Et le postulat, c'est que j'ai le sentiment de lui avoir imposé de vivre dans ce monde-là, pas très reluisant, il s'en faut ! :/