les pleurs d'Anna

Publié le par Caco

Dans cette rue de l'East End, ce soir-là, je tenais une enfant dans mes bras et je contemplais la cellule solitaire où vit l'homme. Aucun livre, aucun cours ne m'en auraient appris autant. Solitaire comme elle est, cette cellule n'est jamais sombre. Sous l'écran des larmes filtrait une ardente lumière. Et si Dieu a fait l'homme à son image, ce n'est certes pas en beauté, ni en intelligence, ni par les yeux, les oreilles, les mains ou les pieds, mais en intériorité. Là était l'image de Dieu. Ce n'est pas le Diable qui rend l'homme solitaire, mais sa ressemblance avec Dieu. Oui, c'est la plénitude de Dieu, qui ne peut s'exprimer, et qui ne peut rejoindre son espace parfait, qui fait la solitude de l'homme.

Anna et Mister God, Fynn
Seuil, 1976

~

...
Il m'est difficile de poser mes mots après cet extrait. J'ai peur de nuire à son éclat. Il faut dire qu'il m'a fallu franchir une barrière avant de l'apprécier à sa juste hauteur. C'est à cause du Diable. Dieu, s'il existe, il est bon, omnipotent et omniprésent. Il ne saurait souffrir un engin à cornes qui tourmente son oeuvre. Il suffirait juste à Dieu de ne pas exister pour que l'humanité puisse faire de son terrain de jeu un incommensurable chaos, semant les mensonges, la bêtise et les complots pour récolter l'avarice, la soif de pouvoir, la violence aveugle...

Finalement j'ai réussi à m'extraire de ma logique d'athée pour me dire que peut-être, le Diable serait aussi un concept, et pas cette figure risible et simpliste qui a contribué à endiguer nombre de révoltes légitimes, dans cette Histoire qui ne me rend pas fière, quand j'y pense.
Je m'en suis donc un peu libérée, le temps de comprendre que si on croit en Dieu, c'est peut-être à cause de cette lueur que je ressens aussi, tout au fond de moi, l'impression de n'être pas seule, ou plutôt de ne pas être tout à fait moi-même dans les plus grandes épreuves. Le sentiment, ensuite, de revenir de loin, d'avoir traversé les âges et de n'être plus tout à fait la même non plus...


Publié dans lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isabelle ! 14/05/2008 03:21

Oui… et oui   :-)

Caco 22/05/2008 23:32


:)


Isabelle ! 05/05/2008 03:19

Pas plus tard que tout à l'heure, d'ailleurs   ;-)Leur assentiment s'est exprimé à l'unisson dès les premières notes (z'avaient intérêt… vu que c'est la chanson que j'affectionne  :-p  ).Au bout de quelques kilomètres, les deux petits dormaient profondément… et les deux grands ont ri ensemble durant tout le voyage   :-oUn retour comme je les aime, quoi   :-)

Caco 05/05/2008 21:23


Ah oui hein, il y a des moments de musique qui ne sauraient tolérer le moindre compromis ! ;)
Un retour calme et gai, voilà une belle façon de terminer les vacances ! :)


Isabelle ! 28/04/2008 01:02

Chouette qu'il vous plaise   :-)Ici aussi, il fait l'unanimité… ce qui est tout de même bien pratique lorsqu'on voyage, par exemple !!!

Caco 28/04/2008 18:24


Ah oui en effet ! Accorder 6 vois sur sa guitare 6 voix... Il fait des miracles cet homme-là :)


Isabelle ! 17/04/2008 00:46

J'en suis touchée… merci toi !(Elle n'en sera que meilleure !)

Caco 18/04/2008 13:45


:)
(Elle est venue, et depuis, ça tourne ! L'Homme des bois est conquis aussi ! Merci à toi de m'avoir signalé cet album :) )


Isabelle ! 03/04/2008 01:11

La tienne pour moi, assurément   :-)J'aime me retourner sur ce chemin et son tracé qui m'émeut…(Il y a figuré dès sa sortie, veinarde   ;-)   Hélas, ce n'est pas encore le cas du nouveau GRAND CORPS MALADE, paru pourtant le même jour… et un régal lui aussi !Pour en revenir au nouveau CABREL, je dois dire que ça fait un bail qu'un disque de lui ne m'a pas fait un tel effet dès la première écoute   :-o   )

Caco 10/04/2008 21:58


Et réciproquement !

(Je n'ai pas encore pu accorder au dernier album de Cabrel l'écoute attentive qu'il mérite pourtant... bientôt, mon heure viendra !)