à portée de bras

Publié le par Caco

Mes explications en forme de courants d'air qui ne servent qu'à faire claquer des portes. Un débordement constant qui en devient épuisant. Les instants qui devraient être simples mais ne font que se nouer. Le brouillard qui perd les pistes...
Phénomènes semblables à la maison et au travail.

Alors puisque la joie se dérobait, j'ai décidé d'aller la chercher. Au cours de clarinette pour commencer - jouer comme on se bat, les yeux rivés aux rythmes qui se complexifient, la tête dans les notes, dans les doigts et au bout de mon pied qui bat la mesure, de grandes goulées d'air que j'avale d'un coup pour la souffler fort dans le tout petit intervalle entre le bec et l'anche.
Pendant une demi-heure, rien ne fut assez puissant pour entamer cette concentration-là.
Et comble du bonheur, de la musique en sortit.

Un peu avant, et un peu après, deux arrêts pour photographier : le brouillard, des oiseaux, la rivière, un arbre, la montagne, une Vierge extatique.

En fin de journée, une promenade nocturne a failli s'ajouter au paysage.

Aujourd'hui je décide qu'il ne tient qu'à moi de saisir les moments de bonheur. A moi seule, apparemment. Soit, j'irai les attraper en solitaire, par les cheveux s'il le faut !


undefined

Publié dans un pas après l'autre

Commenter cet article

unejuliette0 02/02/2008 20:52

J'aimais beaucoup la clarinette, mais je l'ai (bêtement) laissée s'éloigner...Parfois la rage à du bon!  ... J'attends ton billet avec hâte :-)

Caco 03/02/2008 17:26

Oui, je lutte parfois pied à pied pour me réserver des moments de musique. Pas toujours facile de jongler avec toutes ces choses à faire...

unejuliette0 01/02/2008 22:55

Tiens tu joues de la clarinette, j'aime beaucoup cet instrument, que j'ai essayer d'apprivoiser durant quelques mois... Comme d'autres, j'admire cette décision. Je trouve que tu as bien raison, mais que ça demande une force que je ne trouve pas toujours, pas assez.

Caco 02/02/2008 11:52

Tu n'as pas "accroché" avec la clarinette finalement ?(C'est pas de la force, plutôt de la rage... il faudra que j'en reparle dans un billet un de ces 4...)

Pat 30/01/2008 11:52

J'ai toujours admiré ta force ! Tu m'impressionne toujours autant...

Caco 30/01/2008 21:51

Tu veux peut-être parler de mon obstination ? ;)(Si tu savais comme je me sens fragile...)

Lise 29/01/2008 22:57

"Alors puisque la joie se dérobait, j'ai décidé d'aller la chercher."Beau programme :-)

Caco 30/01/2008 21:50

Je m'y tiens ! ;)

Cécile 29/01/2008 22:36

Viens, mes cheveux sont encore plus longs depuis quelques jours...

Caco 30/01/2008 21:50

J'arrive, j'arrive !! (enfin, je me rapproche peut-être, sous réserve d'acceptation de mes congés)