vertige d'anniversaire

Publié le par Caco

Elle avait pensé qu'elle pourrait oublier cette journée, qu'elle travaillerait de toute façon, et que sa journée achevée elle s'enfermerait dans une pièce obscure pour voir la vie en grand d'autres personnages, qu'elle rentrerait fatiguée et se laisserait glisser dans le sommeil avec un bon livre dans la main.
Mais à son réveil il faisait froid et gris, elle avait eu du mal à s'extraire de sa nuit, de ses rêves où elle pouvait être autre et habiter une autre vie. Elle pensa encore à celui qui manquait dans son lit, à ceux dont les babillements ne la réveillaient pas, à tout ce qui lui manquerait encore aujourd'hui. Et au moment précis où son pied toucha le parquet, elle s'était dit "Merde. Ça y est, j'ai quarante ans."

Et finalement, à part la journée de travail, morne et prévisible, rien ne s'était déroulé comme prévu.
Le chat était malade, le repas au restaurant d'entreprise (parce qu'ils osent appeler cela un restaurant) était goûteux, la fille du service du personnel lui avait souhaité son anniversaire (ces informations devraient être classées secret professionnel et la fille du service du personnel devrait être moins spontanée, heureusement que l'information avait pu être circonscrite dans l'enceinte de son bureau, il n'aurait plus manqué que tous ses collègues s'y mettent !) et Cédric, grippé, avait téléphoné pour reporter leur sortie ciné alors qu'elle cherchait à se garer...


22h35
Elle referma la porte derrière elle. Là, dans la cuisine, seule au milieu de ses ustensiles, les éclats de joie parvenant du salon lui feraient peut-être un peu moins mal.

Elle leur était reconnaissante d'être là, pourtant. Elle devinait sans peine qui avait été l'instigateur de cette fête d'anniversaire surprise - il n'y avait que Papa pour déployer une si grande énergie à rassembler tout le monde, il n'y avait que lui pour se pencher encore vers cette petite fille qui avait été et qui resterait toujours entre eux.
Rien n'avait percé des préparatifs, personne n'avait commis d'impair. Cédric était là, bien sûr. Il était déjà chez elle, avec toute la troupe, lorsqu'il lui avait téléphoné. Lorsqu'elle était rentrée chez elle, sa main était encore posée sur l'interrupteur de l'entrée, quand ils avaient entonné en coeur "Joyeux anniversaire". Et elle avait fait passer ses larmes sur le compte d'une prétendue joie...

Elle se servit un verre d'eau. Rempli à ras bord.
Elle entendait les nouvelles s'échanger, juste à côté. Quelqu'un avait mis un de ses disques, un air à danser. Dans un instant, elle les rejoindrait. Elle avait juste un truc à évacuer, entre l'évier contre lequel elle s'appuyait et le verre d'eau qu'elle tenait dans sa main.
Un truc sur une vie vide et pleine le même jour, sur l'oubli et la commémoration, sur soi et sur l'autre, sur le vertige et les garde-fous.

Elle noya ses yeux dans son grand verre et avala d'un trait la rasade de ses sanglots.
Elle sortit de sa cuisine en laissant la porte ouverte. La musique allait l'entraîner, elle allait discuter et danser, et demain sa trentaine inutile serait oubliée.

Et enfin, elle rejoignit ceux qu'elle n'avait pas invité.



Publié dans les mille et une...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

@tom 10/10/2007 04:26

Elles sont belles tes histoires mais elles sont plutôt tristes. Pas très rose tout ça... mais j'aime, continue!Ce sont des textes que tu as écrits (ou que tu as en tête) depuis un certain temps déjà, j'imagine?

Caco 14/10/2007 20:33

Tu les trouves toutes tristes ?En fait j'ai des textes en tête depuis un moment, mais ce n'est pas ça qui sort pour l'instant...Donc la réponse est non ;)Donc j'en déduis que je ne sais pas d'où ils sortent ! Je sais juste que je vais chercher les mots, le jour où j'ai envie d'écrire une histoire... Je sais que je ne me prive pas de raconter un souvenir, ou de rebondir sur le texte d'une amie... Je sais pas grand-chose en fait ;)

Mademoiselle Agnès 07/10/2007 00:39

Et elle n'a rien dit???Elle les a encapés comme ça?Tu m'étonnes qu'elle devait se sentir moyennement dans son assiette!!:oD

Caco 07/10/2007 01:12

Je suis morte de rire :D

Lise 06/10/2007 23:51

Que de regrets et de tristesse dans ces yeux. (on s'y croirait...).Plus tant de temps avant d'y être, peut-être des pages à tourner d'ici-là, et pour l'instant des perspectives joyeuses ( j'aspire à ce qu'ils grandissent tous, même s'il y aura certainement des crises, encre, juste "autres", peut-être plus dures à vivre...).Amicales bises

Caco 07/10/2007 00:05

Merci de vos mots. J'aime lire le panel de vos ressentis.C'est fort.Ca me touche...Je dois vous avouer que tout le long, j'avais en tête que l'âge de la belle serait 30 ans.Et puis je ne sais pas ce qui s'est passé, et finalement elle a récolté 10 ans de plus !

Mademoiselle Agnès 06/10/2007 23:36

Je le trouve terrible, ce texte... trop réaliste peut-être...Même si (bah oui, Cécile) les miens, de 40 ans (que je compte bien atteindre et dépasser), me semblent.... loin!

C?cile 06/10/2007 22:11

Il est très beau, ton texte... Très fort, dans sa simplicité, riche dans son imagination.40 ans, l'âge que je redoute... Le temps où il me faudra tourner la page de la maternité potentielle... Le temps où le temps qui passera sera aussi celui qu'il me restera (c'est déjà le cas, mais je me voile la face...)... Le temps où mon grand sera adolescent.... et où les autres s'y prépareront...