l'âge de ma vie

Publié le par Caco

Inspirée par des extraits de ce livre, et par les mots posés ...
A Isabelle, Cécile, Emmanuelle et Lise

J'ai enfin l'âge où je chemine avec mon compagnon de vie. Mes tribulations célibataires de carrière ont pris fin pour laisser place à un quotidien stable qui convient mieux à mes incertitudes. Je peux toujours me perdre dans un rire ou une valse, et le vent peut souffler à sa guise : le train de ma vie ne déraille plus.
J'ai l'âge où j'apprends à ne plus que voleter, à me griser d'une simple gorgée d'air des hauteurs, et à redescendre aussi vite. Sans me blesser ? J'y arriverai peut-être. Je dois apprendre à le faire. Les poids à mes chevilles, il paraît qu'ils ne s'allègeront pas avec le temps. Et que lui, rien ne saura l'arrêter... J'ai l'âge où dois apprendre à cheminer avec mes entraves.
J'ai aussi l'âge où un cycle de vie se termine. En témoignent une envolée de menus hasards sous chacun de mes pas, et aussi la présence de cette autre petite fille, ses petits pieds à côté des miens, sa main tour à tour dans la mienne et dans celle de son père.
J'entre dans un nouvel âge, où je puis communier avec quelques belles âmes qui ont sur leur vie une petite longueur d'avance. Joie de leur tenir la main, gratitude de leur présence. Mes belles dames, comme j'aime être parmi vous. Vos lumières éclairent mes nuits.
Je vois aussi ceux qui approchent. J'aperçois leurs pentes à gravir, et leurs beaux paysages. En mots ou en silences, j'aime à m'arrêter les contempler avec eux.

A une portée de main, je me rapproche aussi de ceux que les années ont ridé. Je suis fascinée par toute cette vie qui a coulé entre les plis de leurs visages, par leur démarche usée d'avoir couru, joué, dansé, marché, à en tomber parfois, et toujours à se relever. Un lien se dévoile à la lumière de mon regard : de femme en femme, de vie en vie, la course infinie et vaine des âges qu'on parcourt, qu'on recrée, qu'on transmet.
Pourtant, au détour d'instants lucides je comprends que je me rapproche toujours plus de cette petite fille qui n'a jamais cessé d'être en moi. Il m'arrive alors de m'exclamer "Mais je suis de plus en plus jeune, là !".

Publié dans les yeux ouverts

Commenter cet article

Isabelle ! 31/08/2007 23:54

Je relève le clin d'œil… et t'en envoie un autre !
31 août oblige   ;-)

Lise 12/08/2007 22:09

Je suis si touchée...

C�cile 04/08/2007 21:21

Le titre de cette jolie page a retenu mon attention... Puis une touchante dédicace est venue murmurer à mon oreille avant de voir que ta main pouvait emmener jusqu' à mon portail...Je me retrouve ici et c'est pour cela que je m'y sens bien. Quel "(b)onheur " de te connaître...

KaMaïa 26/07/2007 22:39

Ricochets que tes mots sur mes pensées du dernier week-end.

Mema 23/07/2007 13:03

Je trouve toujours autant d'échos dans tes mots....

Caco 23/07/2007 21:05

Merci des vôtres... Une pensée pour vous, ce soir :)