séisme

Publié le par Caco

La mer a tremblé. Tout au fond, des entrailles se sont rouvertes, et dans un long gémissement, du centre ont jailli les geysers. A peine s'accomodait-on de ce paysage décalé, que la nuit tombait et que l'eau grandissait, grandissait. Le mur aux blancs reflets a déchiré l'obscurité. Il a commencé à tracer sa route. Une fois parti, rien ne pouvait l'arrêter. Le raz-de-marée.

~

Journal du lendemain...
L'aube fut belle. J'ai mis moins de temps que les autres fois à remonter. Je crois que je suis entière. Je crois que c'est parce que j'ai dit.
Merci d'être là pour lire. Merci de votre tolérance, merci de votre tendresse, merci de vos témoignages.

Commenter cet article

Juliette 18/06/2007 15:15

Après la tempête un ciel limpide et nettoyé, un air léger et frais à respirer!

Caco 18/06/2007 22:50

Oui :)Il me faut un peu de temps pour m'en remettre mais... je m'en remets :)

Emmanuelle 15/06/2007 13:08

tes mots, tes maux dits, écrits, permettent de mettre des mots sur les notres...

Caco 15/06/2007 17:16

Le chemin des mots est impénétrable... Je pensais m'attirer des mouches, voire des frelons, et au lieu de ça, j'ai une pluie de papillons. Et des révélations qui illuminent mon obscur tunnel... Et maintenant ils voyagent au travers de vous. Ça me plait :)

Mema 15/06/2007 11:22

Merci à toi d'en avoir parlé, d'avoir ouvert la porte...car moi aussi, je le regarde différemment ce matin...J'ai cru lire que mazelle avait du mal à sortir de la peur de l'abandon...à 4ans 1/2 je me demande quand cela sera fini...une confrontation tarno/audoise sera peut être révélatrice...Bises , bonne journée

Caco 15/06/2007 17:13

En tous cas on va en avoir des choses à se dire ;) Je place mes espoirs dans l'été qui va bien finir par arriver ! Gros bisous Mema.

Pistil 15/06/2007 08:12

Je me joins à Cécile : "Tu n'imagines pas le bien qu'ont fait tes maux sur les miens" ... Hier soir, avant que le sommeil ne m'emporte, je pensais justement à cela. Il y a beaucoup de mères qui te lisent Caco, et encore plus de filles ... La fille de ma mère grandit et se renforce de lire ce que tu oses dire ...Je t'embrasse encore une fois.("Car le récit a cette puissance que toute douleur s’allège, que toute faiblesse se renforce à dire les mots.", Segalen)

Caco 15/06/2007 17:12

Merci Pistil :)J'ai l'impression de renaître un peu, aujourd'hui... Vous n'y êtes pas pour rien !

cécile 14/06/2007 22:32

Le titre m'a fait frémir, affiché en tête de mon marque-page, comme un étendard... Me voilà, un  peu, rassérénée... Tu n'imagines pas le bien qu'ont fait tes maux sur les miens, juste en les posant, juste en appelant ceux des autres... Parce que les raz de marées font naître de grosses vagues... et parce que quand on se sent la dernière des mères on se sent aussi la seule. Merci à toi, Caco. Et reste "entière".

Caco 15/06/2007 17:11

Pardon pour le frémissement. Et merci pour ton commentaire, toi qui la nuit dernière a vu ma vague déferler sur ta plage...